Gestion du temps
Depuis quelques années, l’intensité du travail s’est accrue. L’individu doit réaliser simultanément plusieurs tâches et est amené à développer davantage une polyvalence, une autonomie et une flexibilité. De plus, il est parfois soumis à une surcharge communicationnelle provenant de diverses sources qu’il doit maîtriser et intégrer afin de répondre aux attentes.

Les problèmes de santé psychologique au travail connaissent une croissance importante dont les impacts se font sentir dans les entreprises et bien sûr chez les individus. Au Québec les coûts liés au stress, à l’épuisement professionnel ou à d’autres facteurs d’ordre psychologique étaient de 14,3 millions de dollars en 2004 (CSST, 2006).

Dans cette perspective, il peut ressentir une perception de débordement et l’évaluation et la gestion du temps devient un enjeu pour plusieurs.

« L’intensification du travail est devenue la préoccupation de diverses disciplines dans les pays développés. »[1] Cette nouvelle réalité impose que les salariés aient une attention soutenue, toujours à son summum, ce qui génère par moments des déceptions professionnelles et du stress.

Les travaux sur le stress professionnel ont montré que l’intensité excessive du travail entraîne de la tension psychique et des maladies. Mais l’autonomie et l’étendue cognitive du travail jouent également un rôle : le risque est élevé lorsque l’intensité, et plus généralement, les exigences du travail sont fortes et que la latitude décisionnelle est faible. [2]

De toute apparence, il est difficile de jongler avec une charge de travail lourde, plus d’autonomie et le tic-tac de l’horloge! Pourtant, comprendre la notion d’autonomie, d’urgence et de priorité, évaluer son temps et user d’une méthodologie de travail représentent des moyens concrets qui peuvent améliorer vos journées de travail.

La gestion du temps : le rôle déterminant de l’autonomie

L’autonomie au travail inclut différentes notions, dont « la possibilité pour le travailleur d’être acteur dans son travail, dans sa participation à la production de richesses et dans la conduite de sa vie professionnelle. […] elle inclut non seulement les marges de manœuvre, mais aussi la participation aux décisions ainsi que l’utilisation et le développement des compétences. »[3]

L’autonomie au travail amène des aspects positifs dans l’épanouissement professionnel et personnel du salarié. Elle peut être une importante source de motivation, puisque l’individu use de son jugement, prend des décisions et participe activement aux orientations stratégiques de l’organisation.

Toutefois, dans un contexte où les exigences de productivité et de rendement sont en hausse – et se traduisent notamment par l’intensité du travail – l’autonomie peut être un obstacle à la bonne gestion de son temps, puisque la personne doit maîtriser plusieurs aspects, dont la séquence de ses activités et la coordination de multiples projets.

Prioriser ses tâches de travail en fonction de leur urgence est un excellent moyen pour mieux maîtriser la gestion du temps et se sentir épanouit à titre de professionnel autonome.

La gestion du temps : réajuster la notion d’ « urgenmatrice_eisenhowerce »

Plusieurs méthodes existent pour permettre de classifier ses tâches en fonction de leur urgence ainsi que leur importance. À ce sujet, le tableau d’Eisenhower est un excellent outil qui peut vous soutenir et vous aider à vous interroger, ce qui vous mènera vers de meilleures prises de décision. Aussi, il est important de réajuster l’urgence ressenti à la réalité. Parfois, le sentiment d’urgence peut s’aplanir en ayant tout simplement les bonnes informations ou par des questions sur les délais et les priorités auprès du client, auprès du supérieur ou à vos collègues.

La gestion du temps : comment évaluer le temps?

Dans un contexte de travail, il n’est pas évident d’estimer une tâche, surtout lorsqu’elle est exécutée pour la première fois. La technique Pomodoro propose une façon de faire qui se base sur l’usage d’un minuteur permettant de respecter des périodes de 25 minutes appelées pomodori.

La technique Pomodoro présente une méthodologie efficace, applicable au quotidien. En premier lieu, il faut déterminer la tâche à effectuer. L’utilisation de blocs de temps fixe permet par la suite à l’individu de se mettre au travail, en évitant toute distraction. La technique de pomodori préconise des périodes de 25 minutes et propose par la suite de prendre une courte pause (5 minutes). Tous les quatre pomodori, il est conseillé de prendre une pause un peu plus longue (15-20 minutes) [4]. Par cette méthodologie, il est possible d’analyser le travail accompli dans une période de temps fixe et avec le temps, d’établir une charte d’estimation sur certaines tâches qui sont récurrentes.

Cette technique peut vous aider à entreprendre un bon système de gestion du temps et de gérer des tâches multiples tout en gardant le focus. De plus, l’utilisation de blocs de temps vous permet de bien équilibrer votre charge de travail. Le temps consacré à la vie professionnelle est considérable. C’est pourquoi il est impératif de parvenir à bien maîtriser cette richesse!

La gestion du temps : de constants ajustements  

Gérer son temps demande une réévaluation constante de sa charge de travail et un recalibrage de ses tâches, afin de s’ajuster aux nouvelles requêtes qui surviennent tous les jours. Dans ce contexte, il est important de poser des questions auprès des membres de son équipe, des clients ou de ses supérieurs pour valider si les requêtes sont urgentes. Autrement, il arrive souvent que l’on classe naturellement ces demandes comme prioritaires. Il faut donc cueillir suffisamment d’information auprès des bonnes personnes, afin de bien réajuster son horaire et éviter des surcharges de travail.

Proxima Centauri

L’équipe de Proxima Centauri examine avec attention vos priorités en formation afin de vous offrir une solution adaptée. De la conception à la diffusion, notre équipe de formateurs donne la formation au moyen de diverses formules pédagogiques pour permettre le développement des capacités et des compétences.

Communiquez-nous vos préoccupations.

[1] CARTRON, Damien et Michel GALLANT. « Intensité et conditions de travail », Centre d’étude de l’emploi no 58, 2003.
[2] Idem.
[3] http://www.anact.fr/web/actualite/essentiel?p_thingIdToShow=18229562
[4] http://fr.wikipedia.org/wiki/Technique_Pomodoro